GOLDBERG (S.)


GOLDBERG (S.)
GOLDBERG (S.)

Szymon GOLDBERG 1909-1993

La carrière de l’une des plus grandes figures du violon se révèle à nous sous une apparence bien discrète. Comme si avoir été pendant près de dix ans le premier violon de glorieuses formations démontrait un tempérament inadapté à une vie de soliste. Comme si le fait de choisir la musique de chambre face à la littérature concertante, le répertoire classique face à la musique de son temps lui retirait la moindre parcelle de talent.

Szymon Goldberg naît à W face="EU Caron" ゥoc face="EU Caron" ゥawek (Pologne) le 1er juin 1909. À l’âge de sept ans, il commence l’étude du violon, d’abord avec Henryk Czaplinski, puis, à Varsovie, avec Miecszys face="EU Caron" ゥaw Michalowicz, qui avait été le maître de Bronislaw Huberman. Remarqué par Wanda Landowska, il entre en 1917 dans la classe de Carl Flesch à Berlin. Il débute, en 1921, à Varsovie, dans le Premier Concerto pour violon de Paganini et, à Berlin, en 1924, avec un programme de trois concertos (Bach, Joachim et Paganini). Dès 1925, il est nommé Konzertmeister de la Philharmonie de Dresde, avant d’être appelé par Wilhelm Furtwängler au même poste à l’Orchestre philharmonique de Berlin (1929-1934). Il achète alors le violon — un Stradivarius de 1711, le Liegnitz — avec lequel il effectue ses premiers enregistrements. L’année de son mariage (1931) avec la mezzo-soprano Anna Maria Manasse — une élève de Therese Behr, l’épouse d’Artur Schnabel —, il remplace Joseph Wolfsthal, prématurément décédé, dans un trio à cordes qui rassemblait Paul Hindemith (alto) et Emanuel Feuermann (violoncelle). C’est cette formation qui crée en 1933 le Trio à cordes no 2 d’Hindemith. Il fonde même, avec quelques membres de l’Orchestre philharmonique de Berlin — Gilbert Back, Reinhard Wolf et Nikolai Graudan —, un quatuor à cordes. Mais l’arrivée des nazis au pouvoir le chasse, comme la fine fleur des musiciens juifs du temps, et de l’orchestre et d’Allemagne. Commence alors pour lui une intense activité de récitaliste — en Europe mais aussi en Palestine, au Japon, aux Indes, en Chine — et débute sa collaboration légendaire avec la grande pianiste hongroise Lili Kraus. Avec elle et l’excellent violoncelliste Antony Pini, il grave dans les années 1930 des disques consacrés à Mozart, Haydn et Beethoven qui restent aujourd’hui encore des références. Le 10 février 1938, c’est à Carnegie Hall qu’il fait ses débuts américains. En 1942, pendant une tournée en Extrême-Orient, il est arrêté par les Japonais et interné, comme Lili Kraus, dans l’île de Java jusqu’en 1945. Sa carrière redémarre en 1946, d’abord à Singapour et en Australie, puis en Amérique et en Europe. Avec le Philharmonia Orchestra et Walter Süsskind, il enregistre quelques concertos (Bach, Haydn, Mozart) sur son nouveau violon, un Guarnerius del Gesù de 1734, le Baron Vitta . De 1951 à 1966, Szymon Goldberg est l’un des principaux animateurs du festival d’Aspen (Colorado). C’est là qu’il fonde avec William Primrose (alto), Victor Babin (piano) et Nikolai Graudan (violoncelle) le Festival Piano Quartet (1954-1962) et réalise avec lui plusieurs enregistrements mémorables. Le 18 juin 1954, il joue au festival de Prades avec Pablo Casals et Rudolf Serkin un programme Beethoven dont le disque a heureusement gardé une trace partielle. Il commence alors, parallèlement à ses activités de chambriste, une nouvelle vie de chef d’orchestre à la tête de l’Orchestre de chambre néerlandais (1955-1979) — avec qui il enregistre Bach, Haydn, Mozart mais aussi Hindemith — et comme chef invité par de nombreuses formations de chambre anglaises et américaines. En 1969, il se fixe à Londres et fonde avec Radu Lupu un duo qui ne tarde pas à s’illustrer au disque dans Mozart et Schubert. Il dirige aussi, de 1977 à 1979, la Manchester Camerata. Il est nommé professeur à la Juilliard School of Music de New York (1978) puis au Curtis Institute of Music de Philadelphie (1981). Après le décès de sa femme, il épouse Miyko Yamane, une pianiste japonaise, élève de Rudolf Serkin et de Rudolf Firkušný. À partir de 1990, il dirige le Nouvel Orchestre philharmonique japonais et enseigne à l’école de musique japonaise Toho Gakuen. Il meurt à Toyama (Japon) le 19 juillet 1993.

Son art fait d’idéal équilibre, de sensibilité vivante et d’expression raffinée trouvait son parfait accomplissement dans la musique de chambre, où il rejoignait des partenaires à sa mesure. Mozart et Beethoven ont trouvé en lui leur interprète d’élection. On ne triche pas avec l’essentiel.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Goldberg — or Goldberger may refer to: Places * Goldberg, Germany * Złotoryja, Poland (German name: Goldberg) People * Goldberg (surname), people with the surname Goldberg Entertainment * Bernard Goldberg, an American writer, journalist, and political… …   Wikipedia

  • Goldberg — steht für: Goldberg (Familienname), den Familiennamen Goldberg, siehe auch dort für bekannte Namensträger Goldberg Test, einen Test, mit dem Hinweise auf eine Depression gesammelt werden können Goldberg ist der Name folgender Ortschaften:… …   Deutsch Wikipedia

  • GOLDBERG, J.B. — GOLDBERG, J.B. (1884–1946), Soviet army commander. In 1919, Lenin personally entrusted him with the command of the reserves and with the task of setting up a corps of reserves for the whole of the Red Army fighting on the Eastern front. Within… …   Encyclopedia of Judaism

  • Goldberg — Goldberg, 1) Kreisstadt des Kreises Hainau G., im Regierungsbezirk Liegnitz der preußischen Provinz Schlesien, an der Katzbach; evangelische u. katholische Kirche, höhere Bürgerschule, Wollenspinnereien, starke Tuchfabrikation, Strumpfwirkerei,… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Goldberg — Goldberg, 1) Stadt im Großherzogtum Mecklenburg Schwerin, am Goldberger See und an der Staatsbahnlinie Hornstorf Karow, hat eine evang Kirche, Synagoge. Amtsgericht. ein Stahlbad, Gerberei, Ziegelbrennerei, 2 Dampfmahl und 2 Dampfsägemühlen und… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Goldberg — Goldberg. 1) G. in Schlesien, Kreisstadt im Kr. G. Haynau, preuß. Reg. Bez. Liegnitz, an der Katzbach, (1900) 6518 E., Amtsgericht, Realgymnasium (1309); 27. Mai 1813 Treffen zwischen Franzosen (Macdonald) und Russen (Wittgenstein), 23. Aug. 1813 …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Goldberg — Goldberg, Name einiger Orte. – G. im Großherzgth. Mecklenburg Schwerin, 51/2 M. östlich von Schwerin an der Mildnitz und an einem See gelegen, mit 2800 E. und Mineralbad. – G. in Niederschlesien, Reg. Bez. Liegnitz, Hauptort des Kreises Hainau G …   Herders Conversations-Lexikon

  • Goldberg — Goldberg, Rube (1883 1970) a US ↑cartoonist (=an artist who draws funny pictures that tell a joke or say something humorous about the news) who drew strange and extremely complicated machines that are designed to do very simple jobs →↑Heath… …   Dictionary of contemporary English

  • Goldberg — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Goldberg est un patronyme d origine germanique qui signifie littéralement « montagne d or ». C est aussi un toponyme germanique. Pour consulter… …   Wikipédia en Français

  • Goldberg — I Gọldberg,   Zeugenberg vor dem Rand der Schwäbischen Alb bei Nördlingen. Planmäßige Ausgrabungen (1911 35) mehrerer Siedlungen v. a. der Jungsteinzeit, aber auch der Eisenzeit erbrachten wesentlichen Erkenntnisse besonders für die Abfolge der… …   Universal-Lexikon